Géographie

La république de Guinée est située dans la partie occidentale du continent africain. Couvrant une superficie de 245 857 km², elle est limitée à l'ouest par la Guinée Bissau et l'Océan Atlantique, au nord par le Sénégal et le Mali, à l'est par la Côte d'Ivoire et au sud par la Sierra Léone et le Libéria.

La Guinée est subdivisée en quatre régions naturelles assez bien distinctes et intérieurement homogènes en raison des contrastes climatiques, des barrières montagneuses et l'orientation des reliefs qui se combinent pour donner à chaque région des particularités du point de vue climat, sols, végétation et mode de vie des populations.


Située dans la partie ouest du pays, la Basse Guinée ou Guinée maritime est large de 150 km et s'étale le long de l'océan atlantique sur environ 300 km de côtes. Elle couvre près de 44 000 km². Son climat est influencé par la mousson, alizé maritime qui apporte une abondante précipitation sur la côte. La pluviométrie moyenne est partout supérieure à 1 800 mm atteignant 3 000 mm à Conakry. Les températures sont constantes élevées tout au long de l'année.

La région est arrosée par de nombreux cours d'eau issus des versants occidentaux des massifs foutaniens. Ces cours d'eau drainent sur la côte de larges plaines rizicultivables, tandis qu'ils offrent d'importantes potentialités énergétiques plus en amont.

La proximité de l'océan atlantique favorise la pêche artisanale et l'aménagement de grands ports commerciaux et miniers (Conakry et Kamsar), en plus de nombreux débarcadères tout au long de la côte.


La Moyenne Guinée ou Fouta Djallon est une région de montagnes et de plateaux. Son relief culmine au mont Loura (Mali) à 1 538 m. ce massif est fortement entaillé par des vallées avec des plaines et dépressions intérieures. Les sols fortement dégradés sont progressivement remplacés par des bowé, ce qui rétrécit l'étendue des terres agricoles. Les nombreux cours d'eau qui y prennent leur source font de cette région le château d'eau d'Afrique de l'ouest. Mais ces cours d'eau sont enfermés dans des plaines qui les longent, entraînent, de ce fait, les difficultés de leur aménagement hydro agricole. Le climat tropical y est modifié en microclimat de montagne. Les précipitations y sont très abondantes. C'est une zone de pâturage, d'agrumes et de jardins potagers. De nos jours, la dégradation du milieu a poussé les éleveurs a étendre la transhumance jusqu'à la Basse Guinée (Boké, Boffa et Forécariah), alors qu'au départ elle était pratiquée entre les hauts plateaux en saison pluvieuse et les dépressions en saison sèche. A cause de son relief montagneux et de l'ampleur de la dégradation de son écosystème, la Moyenne Guinée est la région la plus pauvre du point de vue agricole.


La haute Guinée fait partie d'une unité géographique morphologiquement et climatiquement très étendue. C'est une région de savanes et de plateaux. Le Niger et ses affluents y ont entaillé des plaines humides en terrasses très favorables à la riziculture inondée.

Du point de vue du climat, c'est la région la plus aride de la Guinée. Les précipitations varient entre 1200 et 1800 mm par an. La saison sèche est plus longue (7 à 8 mois) et les températures moyennes y sont relativement élevées pendant presque toute l'année. Les maxima dépassent parfois 40°C en mars-avril. La végétation est jalonnée par de minces galeries forestières.

Malgré l'existence de vastes plaines fluviales rizicultivables, la Haute Guinée n'a pas une agriculture prospère à cause des épisodes de sécheresses fréquente et de l'infestation de la vallée de certains cours d'eau par les similis, vecteurs de l'onchocercose (vallée du Tinkisso). Elle est par contre une zone privilégiée de pêche fluviale à l'élevage. L'exploitation artisanale de l'or et du diamant est une activité traditionnelle des populations de cette région.


La Guinée Forestière doit son nom à la forêt humide qui couvrait la majeure partie de son territoire. Cette forêt a été progressivement détruite au fil des temps et on ne la retrouve plus que sous la forme d'îlots sur les sommets montagneux (Nimba, Ziama) et le long des cours d'eau.

Le relief de la Guinée Forestière est entièrement dominé par la dorsale guinéenne sur laquelle se juxtaposent des massifs élevés aux versants souvent abrupts, des plateaux, des plaines de piedmont, des bas-fonds et des vallées inondables. L'ensemble culmine aux monts Nimba (Lola) à 1752 m.

Son climat est de type subéquatorial avec des précipitations abondantes et quasi-régulières tout au long de l'année (environ 8 à 9 mois). La pluviométrie moyenne annuelle varie entre 1 800 et 2 300 mm. La température est donc tout au long de l'année et oscille autour de 25°C.

La forêt dense et humide favorise la formation et la conservation des sols relativement épais, mais très sensibles à l'érosion à cause du relief. Cette région est le domaine des cultures vivrières et des cultures industrielles (café, thé, cacao, palmier à huile, hévéa, etc.). Enfin et évidemment, la Guinée Forestière est une zone privilégiée de l'exploration du bois. A cause de toutes ses potentialités économiques, c'est une région qui attire une population nombreuse.






AUTREMENT





Les régions de Guinée


S'étendant en arc de cercle depuis l'Atlantique (golfe de Guinée) en direction du Sud Ouest, à peu près à mi distance entre l'équateur et le tropique du cancer , la Guinée couvre 245 857 km² (environ la moitié de la France). Elle compte six voisin : la Guinée Bissau (ou Bissao) au Nord Ouest, le Sénégal au Nord, la Mali au Nord et au Nord Est, la Côte d'Ivoire au Sud Est, le Liberia et la Sierra Leone au Sud.

La Guinée se trouve donc dans la zone de transition, entre l'Afrique sahélienne et l'Afrique humide de la forêt.

Les deux tiers du territoire guinéen sont montagneux ou accidentés, on distingue quatre grandes régions naturelles, correspondant à la géographie et à la localisation de principaux groupes ethniques.


La plaine côtière ou Basse Guinée, ou encore Guinée Maritime, terre des plaines côtières et de la mangrove, dominée par les Soussou. De l'océan Atlantique vers l'intérieur, on passe successivement du littoral formé d'une plaine submersible, puis à une plaine non inondable avant de buter contre l'écran montagneux des contreforts du Fouta Djallon . Le littoral atlantique se caractérise par un tracé découpé comprenant des îles et des îlots, des secteurs rectilignes, des caps, des presqu'îles et des baies. Les plaines de Basse Guinée sont dominées à l'Est par un écran de montagnes sous forme d'une falaise verticale : le massif du Benna (1 2414 m), le mont Kakoulima (1 011 m, près de Dubréka), et le mont Gangan (1 117 m, près de Kindia).


La Moyenne Guinée, au coeur de laquelle se situe le Fouta Djallon , massif ancien et accidenté, est le fief des Peul. Situé au centre Ouest de la Guinée, le massif du Fouta Djallon occupe 80 000 km² environ et culmine au mont Loura à 1 538 m. il est disposé en plateaux étagés, souvent supérieurs à 1 000 m, fortement entaillés par des vallées qui dominent des plaines et des dépressions intérieures, rarement inférieures à 750 m. Il en résulte une grande diversité de formes et de reliefs. Le plateau central du Fouta Djallon est principalement constitué de grès siliceux et de schistes. Ce massif est entaillé par de nombreuses failles, qui fon apparaître des abrupts et qu'empruntent le réseau hydrographique. Parfois des roches cristallines affleurent, témoin de la structure primaire ou d'instructions volcaniques. De cuirasses ferrugineuses ou bauxitiques (plus ou moins infertiles) recouvrent d'importantes surfaces (bowé).


La Haute Guinée ou bassin haut du Niger, domaine des Malinké, est constitué du bassin hydrographique du Niger et de ses affluents. La Haute Guinée se présente sous forme d'un vaste plateau relativement uniforme et dominé par quelques sommets résiduels, isolés, elle est recouverte d'une savane arborée.


En Guinée Forestière, accidentée et subtropicale. Une multitude d'ethnies, plus ou moins apparentées se partagent le territoire. C'est l'hétérogénéité humaine et le morcellement physique qui constituent les caractéristiques, et donc l'unité, de la Guinée Forestière. Elle juxtapose des massifs élevés aux versants abrupts, des bas plateaux et des plaines, des bas-fonds et des vallées inondables. Une forêt dense secondaire, et quelques îlots de forêt primaire subsistent dans les zones montagneuses accidentées, les régions enclavées, les forêts sacrées et les secteurs de forêts protégées, la forêt, autrefois très étendue, recule face aux déboisements et aux feux de brousse, recul dû à la pression démographique (augmentée ces dernières années par l'afflux des réfugiés libériens et sierra léonais). Au Nord, la forêt a fait place à une savane anthropique. Aux trois frontières (Guinée, Liberia et Côte d'Ivoire), les monts Nimba constituent un massif d'environ 40 km de long, dont la teneur en fer est élevée, et le mont Richard Mollard (1 752 m) est le point culminant de la Guinée.


Hydrographie



La plupart des grands fleuves d'Afrique occidentale prennent leur source en Guinée : Niger, Sénégal, Koliba (Corrubal), Kolente (Great Scacie), Cavaly, Diani, Gambie, Makona, etc.

Le massif du Fouta Djallon a longtemps été qualifié de « château d'eau d'Afrique occidentale » car de nombreux cours d'eau y prennent leur source pour arroser les pays voisins en aval.



Luc MOGENET

LES SOUS-PREFECTURES DE LA GUINEE

BOFFA:

Boffa centre, Corréra, Douprou, Mankounta, Koba- tatéma, Touguifili, Tamita.

BOKE:

Boké centre, Bintimondia, Dabiss, Kamsar, Kanfrandé, Kolabundji, Malapouya, Sangarédi, Sansalé, Tanènè.

COYAH:

Coyah centre, Manéah, Kouria, Wonkifon.

DABOLA:

Dabola centre,Arfamoussaya, Banko, Bissikrima, Dogmen, Kankama, Kindoye, Komédou, N?Déma.

DALABA:

Dalaba centre, Bodié, Ditinn, Kala, Kankalabé, Kébali, Koba, Mafara, Mitti, Mombéya.

DINGUIRAYE:

Dinguiraye centre, Banora, Dialakoro, Diatifèrè, Gagnakaly, Kalinko, Lansanaya, Sélouma.

DUBREKA:

Dubréka centre, Badi, Falissadé, Ouassou, Tanènè, Tondon, Corrérah.

FARANAH:

Faranah centre, Banian, Bindougou, Hèrmakono, Kobikoro, Maréla, Nialia, Passaya, Sandénia, Songoya, Tiro.

FORECARIAH:

Forécariah centre, Benty, Kaback, Farmoréah, Kakossa, Maférinyah, Moussayah, Sihourou, Allassuya, Kalia.

FRIA:

Fria centre, Banguiné, Banguigney, Tormelin.

GAOUAL:

Gaoual centre, Bantala, Foulamory, Kakoni, Koumbia, Touba, Malanta, Wendou- Borou.

GUECKEDOU:

Guéckédou centre, Bolodou, Guindimbou, Fangamadou, Kassadou, Nongoya, Ouendékénéma, Tiékolo, Temessadou-dibo, Kouindou, Beindou

KANKAN:

Kankan centre, Balandougou, Baranama, Batè- Nafadji, Boula, Gbendou- Baranama, Karfamorya, Koumban, Mamouroudou, Missamana, Moribaya, Tintioulen, Tokounou.

KEROUANE:

Kérouane centre, Damaro, Komodou, Konsankoro, Linko, Sibiribaro, Soromaya.

KINDIA:

Kindia centre, Bangouya, Damakania, Friguiagbé, Kolenté, Madina Oula, Manbia, Molota, Samaya, Souguéta.

KISSIDOUGOU:

 Kissidougou centre, Albadariah, Banama, Beindou, Bardou, Firawa, Kouindiadou, Manfran, Sangardo, Yendè- milimou, Yombiro.

KOUBIA:

Koubia centre, Fafaya, Gadha-Oundou, Matakaou, Missira, Pilimini.

KOUNDARA:

Koudara centre, Guingan, Termessè, Kammabi, Sambailo, Youkounkoun, Saréboido.

KOUROUSSA:

Kouroussa centre, Babila, Balato, Banfélé, Baro, Cisséla, Douako, Kiniéro, Koumana, Komolakoura, Sanguiana, Doura.

LABE:

Labé centre, Dalein, Daralabé, Diari, Dionfo, Garambé, Hafia, Noussy, Popodara, Sannou, Tountouroun, Kalan, Kouramangui.

LELOUMA:

Lélouma centre, Balaya, Diountou, Pétoye, Lafou, Linsan, Saran, Parawol, Sagalé, Korbé, Tianguel-Bori, Hériko.

LOLA:

Lola centre, Bossou, Foumbadou, Gama, Guéasso, Lainé, Kokota, N?zoo, Tounkarata.

MACENTA:

Macenta centre, Balizia, Binikala, Bofossou, Daro, Kouankan, Orémayi, Koyamah, Panzia-zou, Sérédou, Singbédou, N?Zébéla, Watanka, Vassé-rédou.

MALI:

Mali centre, Balaki, Donguel-Sigou, Fougou, Gaya, Hidayatou, Dougountouny, Lébékéré, Madina, Salambandé, Madina-Wora, Yambéring, Téliré, Touba.

MAMOU:

Mamou centre, Boulliwel, Dounet, Gongoré, Ourékaba, Kégnéko, Konkouré, Niagara, Porédaka, Soya, Saramoussaya, Timbo, Tolo, Téguéréya.

MANDIANA:

Mandiana centre, Dialakoro, Faralako, Kantoumania, Kiniéran, Koudianakoro, Koundian, Morodougou, Niantanina, Saladou, Sansando, Balandougou.

N?ZEREKORE:

N?Zérékoré centre, Bounouna, Gouecké, Koulé, Koropara, Samoé, Yalenzou, Palé, Kobéla, Soulouta.

PITA:

Pita centre, Bantignel, Brouwal-Tappé, Dongol-Touma, Gongoré, Ley Miro, Maci, Sangaréah, Sintali, Timbi-Madina, Timbi-Tounni, Ninguélandé.

SIGUIRI:

Siguiri centre, Bankon, Doko, Kintiniar, Maléa, Niagassola, Maboun, Niandankoro, Norassoba, Siguirini, Franwalia, Kiniébakoura.

TELIMELE:

Télimélé centre, Bourouwel, Daramagnaki, Gougoudjé, Koba, Kollet, Consotami, Missira, Santou, Sinta, Sarékali, Sogolon, Tarikoye, Thionthian..

TOUGUE:

Tougué centre, Fello, Koundoua, Kansagui, Kollet, Koyin, Kona, Kouratongo, Tangali, Fatako, Kollagui.

YOMOU:

Yomou centre, Gbanié, Bhéta, Gbigna-mou, Booué, Diécké, Péla.

Recherche

Suivez-nous

Louis Farakhan sur la Libye

  • Plus besoin de clamer que la Libye baigne dans l’anarchie et le non-Etat. Après une centaine de morts du fait des affrontements entre ex-alliés rebelles aux alentours de l’aéroport de Tripoli, la capitale du pays est aujourd’hui menacée par un immens