Transports en commun

SE DEPLACER A CONAKRY


Le réseau routier:
L'organisation de la voirie de Conakry est assez facile à mémoriser. Dans Kaloum vous avez les avenues N.-O., SE et les boulevards S.-O., NE, qui se croisent à angles droits, suivant le plan colonial. Le centre ville est structuré autour des deux principales voies qui portent un nom : l'avenue de la République et le boulevard du commerce. Toutes les voies dans Conakry, portent des numéros selon un code un peu technocratique (le numéros d'un immeuble correspondant au nombre de mètres depuis le début de la rue, les rues portant le sigle de la commune MA (Matam), DI (Dixinn), etc. et un numéro, ainsi vous pouvez être domicilié "1454 Route de Donka, DI 252", car cette route en plus de son nom bénéfice d'un N°.). Kaloum est ceinturé par un boulevard, qui prend les noms de corniche Nord et Sud. Enfin naît au centre ville la voie centrale, O.-E., la route du Niger, qui se poursuit jusqu'à l'aéroport.

A la naissance du continent, au "pont des pendus" (qui doit son nom au fait qu'il servit de potence pour l'exécution publique de 8 opposants à Sékou Touré en 1971. Il est officiellement dénommé Pont du 8 Novembre.) le réseau routier principal se déploie en une sorte de faisceau entièrement orienté Ouest Est. Du Nord au Sud : la corniche Nord, la route de Donka (qui à partir de Belle-vue devient une autoroute, officiellement appelée route Leprince), l'autoroute dite 2 fois 2 voies (Dont le nom officiel est ''Fidel Ramos Castro''), la route du Niger et enfin la corniche Sud. Ces axes O.-E. sont reliés par des transversales, en cours d'aménagement.


Taxis: Les taxis de Conakry sont vétustes et dangereux. Les voitures sont constituées des véhicules promis à la casse en Europe, et qui arrivent à Conakry par des chemins détournés (achat d'un véhicule de réforme de 3 000 à 10 000 FF, transport autour de 3 000 FF, droits de douanes etc. selon ses relations avec la douane et les diverses autorités). Par snobisme on laisse l'identification du pays d'origine, d'où les innombrables CH, B...Le véhicule hors d'usage est acquit par un Guinéen qui a quelques économies et qui pense que cet investissement sera une poule aux oeufs d'or; sans travailler il aura un revenu. Il le confie alors à un vague cousin, pour lequel il aura acheté le permis de conduire. Cahin-caha l'épave roule à mi temps (l'autre mi temps : remise en forme par ''docteur de voiture, l'attente de pièces détachées hypothétiques, ou d'une rentrée d'argent miraculeuse pour payer les réparations).

Mais pas d'autre solution si vous ne possédez pas de voiture. Il faut s'imprégner de la philosophie locale, telle qu'elle est peinte sur ces véhicules "Allah est grand!", "à la grâce de Dieu", "M'en fout la mort", "Grâce à ma mère".

Finalement il y a peu d'accidents grave, et c'est la seule solution pour se déplacer mécaniquement si vous ne disposez pas de véhicule.

Une course collective sur un parcours répertorié (voir le jeu de main des clients potentiels sur le bord de la route) coûte 200 GNF par section (estimer le nombre de section) pour une utilisation individuelle, un "déplacement", il en coûte 1 000 GNF (multiplier par le nombre de sections).


Minibus : (Minibus de marque Toyota, modèle Hiace, communément appelés "magbana"), moitié prix, soit 50 GNF par section.


Autobus : Depuis la faillite de la SOGETRAG (la RATP de Conakry), seuls des autobus privés assurent certaines lignes, avec des bus de récupération de tous les pays. Ne pas se fixer aux indications qui figurent sur le front des bus avec des destinations comme Hambourg, Den Haage ou Centrum, celles-ci ne sont que résiduelles.


Vélo : Il fait chaud. Ce n'est pas la mode. C'est dangereux. Il n'y a pas de location. Mais si ça vous chante, vous pouvez acheter un vélo chinois, au centre commercial chinois, au centre commercial chinois (sur l'autoroute, près de Madina), pour environ 115 000 GNF.


Moto : Il n'existe pas de location de moto. On peut cependant en acheter sur place, neuves (voir concessionnaires) ou d'occasion (Marché Madina).


Location de voiture : Il existe plusieurs sociétés, locales ou internationales de location de voiture (ordinaires, 4 x 4 ou minibus), assez cher (de l'ordre de 500 FF par jour, à débattre). Voir ci-dessous ''adresses utiles''.


Luc Mogenet

Recherche

Suivez-nous

MEDIA - L'Afrique a un incroyable talent Finale | Les Frères Sylla (vainqueurs de la première édition) GUINEE



  • A Conakry, chacun le sait les sirènes hurlantes, sont devenues normales. Des ministres, militaires, députés, directeurs ou même de petits commis, mettent à fond leurs sirènes ou klaxons et roulent tombeaux ouverts, comme s’ils allaient à mille lieux

Annonce

Pas d'article dans la liste.