Musées

Le Musée National Sandervalia

Ouvert du Mardi au Samedi de 9h à 15h et de 16h à 18h, dimanche et jours fériés, de 16h à 18h.

Le Musée National est situé dans un agréable parc, au Nord de la ville, quartier Sandervalia (du nom de O. de Sanderval). Ce parc, dont les grands arbres ont été récemment (hélas!), coupés (sauf un beau fromager), renferme des souvenirs coloniaux. Les statues de Sanderval, du Gouverneur, le Dr Ballay, (cette dernière en bronze, de style colonial pompier date de 1903 et a été fondue par l'artiste H Allourd. Elle a été érigée à Conakry en 1908), du Dr. Victor Le Moal (Né en 1876, à Lorient, le Dr Le Moal arrive à Conakry en 1905, et est nommé au service municipal d'hygiène de Coronthie. En 1907 il est nommé chef de l'institut vaccinogène à Kindia (Pastoria). Surnommé Dr. Moustique il meurt à Kindia en 1908.) due au sculpteur J.M. Musier, un bas relief en marbre représentant Monseigneur Raymond René Lérouge (Né à en 1876 dans la Manche, arrivé à Conakry en 1902 et successivement Curé, Préfet apostolique puis évêque. Il posa la première pierre de la cathédrale Sainte Marie de Conakry en 1928. Il a quitté la Guinée pour la France en 1949 et mourût la même année.) entouré de musiciens et d'un pêcheur accompagné d'une ménagère et de ses enfants. Dans la cour du musée on remarquera les balustrades ornées curieusement de casques coloniaux et un restaurant - buvette.

Les bâtiments du musée sont vides, sauf une salle. Cette salle comprend un nombre limité des belles pièces (masques et instruments de musique) en provenance des différentes régions de Guinée.

Attenant à cette salle, une galerie artisanale, où sont proposés en exposition - vente des productions diverses : tissus et costumes traditionnels, statues en bois, cuir repoussée touareg.

Le peintre Papus a également son atelier dans l'enceinte du Musée, on peut le visiter et le rencontrer.

Une case en maçonnerie, reprenant le plan traditionnel, construire par Olivier e Sanderval, se trouve à droite à droite de l'entrée. Luc Mogenet

Musée du Fouta Djallon  

La République de Guinée, capitale Conakry, est composée de quatre régions naturelles bien distinctes. Parmi elles le Fouta Djallon appelé aussi Moyenne Guinée est constituée essentiellement de hauts et de bas plateaux respectivement situés en son centre et sur ses bordures et découpés par des profondes et brutales dépressions. Ces plateaux s?étagent entre 700 et 1500 m d?où jaillissent des milliers de sources. Le Fouta Djallon est appelé «le château d?eau de l?Afrique Occidentale» car c?est de là que partent des fleuves tels que le Niger Supérieur, le Sénégal, la Gambie et le Konkouré, cours d?eau qui arrosent le Mali, le Sénégal, la Guinée Bissau, la Gambie, la Sierra Léone et la Mauritanie.

La population du Fouta Djallon, d?environ deux millions, est en sa majeure partie composée de peulhs pasteurs qui ont occupé progressivement la région entre les XIV et les XVI siècles. Ils cohabitent avec de nombreuses minorités (djallonkés, bagas, sarakollés, coniaguis) établis là avant eux et d?origines diverses, qu?ils ont islamisée et administrée à l?intérieur d?un système politique appelé état théocratique. Au moment de la conquête française 1896, le Fouta Djallon était un Etat islamique de trois siècles d?existence semi-féodal et fortement hiérarchisé. Il a connu et connaît encore un rayonnement remarquable de l?islam, religion de la grande majorité de la population actuelle. Des érudits et de nombreux lettrés ont laissé de nombreux écrits connus dans toute la sous-région: Thierno Samba de Mombéya, Thierno Mawiatou de Maci, Thierno Aliou de Bhoubha Ndiyan et Thierno Sadou de Dalein, Ramatoulaye de Télico, et Thierno Diawo de Pellel. 

La ville de Labé 

Fondée après l?occupation peulh du Fouta Djallon par le marabout Karamoko Alpha, la ville de Labé a été le chef lieu de la province ou diiwal du même nom. Elle constituait alors l?une des neuf provinces ou diiwé que comportait le Fouta théocratique. Importante par son étendue, la province de Labé s?est aussi révélée comme une cité sainte et un grand centre culturel et commercial. Par ailleurs, Labé se développe comme un très important centre d?échange national et sous régional, ouvert directement sur les marchés des pays limitrophes, Sénégal, Gambie, Guinée Bissau, Mali et bien au-delà. Durant le XIXème siècle quelques explorateurs se sont rendus à Labé, notamment Réné Caillé 1826 et Olivier de Sanderval 1875. Ce dernier s?est arrangé pour faire du Fouta Djallon un protectorat français. Cette région de la Guinée intégra définitivement la colonie française.

Parmi les versions proposées, deux sembles les plus plausibles et sont toutes relatives à l?occupation originelle de l?endroit par les Diallonkés. En effet, Labé signifiait «plus bas» dans leur langue. Mais il se pourrait aussi que l?endroit ait pris le nom d?un chef local Manga Labé. La Commune Urbaine de Labé compte 100.000 habitants au moins. 

La création du musée 

Loin donc d?être une utopie d?intellectuels débordés par leur imagination ou leur rêve, l?idée de création du Musée du Fouta Djallon remonte à plusieurs années et répond d?abord à un besoin ressenti par l?Association des Femmes Poètes et écrivains Guinée, et de nombreux citoyens enracinés dans l?histoire et la culture du Fouta Djallon et qui ont à c?ur de participer au sauvetage d?un terroir dont l?identité est remarquable en Guinée, en Afrique, et dans le monde. 

Ensuite, une autre bonne raison est liée au fait que l?histoire et la culture des habitants du Massif Foutanien, anciens et contemporains ont fait l?objet d?une littérature abondante dont les trouvailles voire les mythes fascinent encore de nos jours l?initié, le chercheur et le touriste.

Il convient de noter en fin que le manque total de maison des jeunes à Labé, fait que le Musée, dès son ouverture est devenu un pôle d?attraction. Et le théâtre du Musée, les veillées de contes et de poésie, instaurés dès les premiers mois de sa création, fond du Musée un vrai petit centre culturel. 

La collection 

Situé dans la Commune Urbaine de Labé, sis au quartier NDiolu, dans la partie sud de l?agglomération, le Musée du Fouta Djallon est la dernière-née des institutions du genre dans le pays. C?est un Musée communau­taire en ce sens qu?il est à la fois le reflet, l?expression identitaire et l??uvre de l?ensemble des composantes sociales et culturelles du terroir. D?une superficie d?environ mille mètres carrés, c?est donc un ensemble historique et architectural de l?aire culturel du Fouta Djallon. 

  • Un espace littéraire et spirituel où on retrouve les ?uvres des célèbres érudits et poètes qui ont marqué l?époque islamique et européenne.

  • Un espace polico-militaire qui contient des symboles et insignes du pouvoir, ainsi que des échantillons d?armes de guerre.

  • Un espace dédié aux arts et métiers où prédominent tous les objets compagnons de l?éleveur. En plus, y sont exposés des instruments et outils pour le traitement du coton, des métaux, du cuir etc?

  • Un espace réservé aux vêtements et à la parure. La beauté y est recherchée à travers divers colliers, bracelets, ainsi qu?à travers des tresses dont typique et célèbre le Dioubaadé (cimier) unique dans le monde.

  • Un espace consacré à l?habitat et aux objets domestiques tels que linteaux, piliers sculptés, portes et serrures, sièges, vases etc? 

En organisant cette exposition, le Musée du Fouta Djallon répond à sa vocation qui consiste à recueillir, conserver, étudier, et mettre en valeur le patrimoine culturel local et national.

A travers les pièces exposées qui sont pourtant loin de représenter toute la richesse et la diversité de notre patrimoine culturel, le public, les jeunes générations en particulier, ont une image du génie créateur de nos sociétés traditionnelles.

Si à partir de cette exposition, le public retrouve des aspects de culture en voie de transformation, tels des cannes des chefs, l'architecture traditionnelle, du mobilier de maison, des armes de guerre et de chasse etc. le plus important c?est à dire la sauvegarde, la revalorisation de l?héritage civilisationnel auront été gagnées. 

Les services  

Le Musée du Fouta c?est aussi un ensemble de quatre services qui fonctionnent sous la responsabilité d?une Direction Générale. Ces services sont:

  • Le service de Guide de l?Exposition et des collections (contact, chefs service, Pr Samba Dieng et Mme Bintou Condé)

  • Le Comité d?animation scientifique, recherche documentaire et publication sur le patrimoine (contact, chefs service, Ambassadeur Bonata Dieng et Maître Ousmane Tounkara)

  • Le service de restauration et classement des objets et réserve (chefs service, Issiaga Diallo et Safinatou Sow)

  • Le Service d?Animation Culturel et artistique et de l?espace jeune (contact, chefs du service, Sam Samba Diallo et Tiguidanké Tounkara)

Le Musée du Fouta essaie de par la qualité et l?engagement de ses services, de rendre agréable le séjour, des touristes et autres visiteurs dans le Fouta:

  • En accompagnant des individus ou groupes d?individus vers les sites touristiques pour une visite guidée de l?exposition du Musée, de sa bibliothèque et de son restaurant, et

  • En organisant des veillées culturelles ou hirdés (théâtre, danse et musique tradition­nelles, contes) par le Comité d?Animation du Musée.

Composé de sociologues, d?écrivains et d?animateurs en développement, le ComitéScientifique du Musée met ensemble les jeunes et les moins jeunes pour une concertation, un dialogue franc. Il propose son assistance dans l?organisation des rencontres scientifiques, des conférences, ateliers, séminaires, et il gère toute formation au niveau du Musée. Le Comité Scientifique organise entre autres, des cours de cuisine, des danses traditionnelles, et des concours de lecture et d?écriture. 

Les activités récentes  

Pour élaborer son programme d?activités, le Musée donne une large place aux différents programmes de ses services. Tous les différents programmes de ces services travaillent essentiellement avec l?Inspection Régionale de l?Education. 
Ainsi, pour les années 2002 ? 2005, les activités ci-après ont été réalisées:

  • Festival de Culture Pastorale

    • 1ère édition: La musique pastorale

    • 2ème édition: La parure

  • Les ateliers d?écriture ou la bibliothèque mobile du Musée

    • Ateliers de contes, de poésie et de lecture publique

  • Cours pédagogiques sur l?histoire du Fouta Djallon

    • Le Fouta théocratique face à la pénétration coloniale

    • Qu?est ce qu?un Musée, et quelle importance?

    • Le Fouta, rôle et enjeux des Musées

  • Les veillées thématiques du Musée

    • Théâtre et poésie pour la sensibilisation sur la promotion des droits des enfants, de la paix et de la lutte contre les violences faites aux femmes

  • Conférences Culturelles et scientifiques

    • Le symbolisme dans l??uvre de Amadou Hampâté Bah

    • Histoire politique du Fouta Djallondu XVIIeme au XX siècle

    • Histoire politique du Fouta Djallondu XVIIeme au XX siècle

    • Albert Camus, l?Homme et son ?uvre philosophique

    • Le rôle éducatif des contes peuls du Fouta Djallon

    • Les fondements mystiques de la poésie de Thierno Samba Mombéya

    • La femme, la vache, la foi

    • L?Afrique et la mondialisation: Culture pastorale, défis et enjeux de la mondialisation

  • Animation dans les écoles

    • Connaissance du livre

    • Fête du livre

 Le public principalement ciblé par nos activités est composé des groupes suivants:

  • Elèves et professeurs des lycées et collèges

  • Les groupes de jeunes

  • Les étudiants de l?Université de Labé

  • Les artistes traditionnels

  • L?association des écrivains de Guinée

  • Les femmes

 

Dans la réalisation des activités ci-nommées, les principaux partenaires du Musée ont été les suivants:

  • Ministère de la Culture

  • PSICD

  • Radio Télévision Guinée (RTG)

  • Les Amis du Futur

  • Commune Urbaine de Labé

  • Fouta Trekking

  • Ministère du Tourisme

  • Ministère de l?Enseignement Supérieur et Recherche Scientifique

  • Direction Préfectorale de l?Education

  • Radio Rurale de Labé

  • Associations de jeunesses

  • Associations de femmes

  • Association d?artistes

  • Les établissements scolaires 

D?importants documents préparés par les cadres du Musée ont fait l?objet de présentation a différents colloques et symposiums et ailleurs.

  • L?Islam au Fouta (Université de Labé et de Conakry)

  • La Traite Négrière au Fouta (au Centre Culturel Américain à Conakry et à l?Université Cheik Anta Diop de Dakar)

  • Culture peule et mondialisation, rôle et place du Musée (Keur Birago Dakar)

  • Karamoko Alpha, ce saint homme au destin légendaire

  • La Grande Mosquée de Labé, rôle socio politique 

Programme actuel  

Dans son guide « Livres en mouvement » Georges Poussin, Chef de la Section des Industries Créatives de développement, Division des Expressions culturelles et des Industries Créatives, Secteur Culturel de l?UNESCO, affirme à juste titre que « le livre contribue à construire et maintenir le tissu éducatif, culturel et économique de nos sociétés et y joue des rôles multiples. D?une part, cette ?uvre de l?esprit est aussi une marchandise et donc le pivot d?une vaste chaîne d?activités génératrices de revenus. D?autre part, en tant qu?outil de formation et d?instruction, le livre est un instrument essentiel à l?acquisition de toutes les compétences nécessaires à la société qu?elles soient de nature intellectuelle ou technique. »

Le Musée du Fouta accorde une importance capitale au livre, à tel point qu?il a inscrit, soutenu et financé dans le cadre de son programme local avec les écoles régionaux, le projet de bibliothèque mobile, initié par lui même. La ville de Labé ne comptait aucune structure ou maison de jeunesse qui pourrait accueillir les jeunes à des fins de formations en lecture, d?écriture, théâtre et autre, pour leur permettre de connaître et d?aimer leur culture.

En plus, les écoles n?ont pas de bibliothèques. La seule qui existe dans toute la préfecture de Labé n?est pas en même de satisfaire les besoins de la clientèle scolaire.

Les écoles rurales de la préfecture de Labé sont pour la plus part enclavées. A part, les cahiers, crayons et ardoises, qui sont à la charge des parents d?élèves, ces écoles n?offrent aucune possibilité aux élèves d?accéder aux livres.

Ainsi, la bibliothèque mobile, mise en place par le Musée du Fouta avec l?appui de la coopération française à travers le Lycée Français de Conakry, s?est voulue un outil au service d?écoles rurales, identifiées comme partenaires au Musée du Fouta. Elle s?inscrit dans une dynamique de développement qui tienne compte à la fois de diversités ci-après:

  • la précarité des moyens des administrateurs du projet que sont les membres du Musée et les bénéficiaires que sont les communautés rurales,

  • la difficulté de relier les écoles, éparpillées dans des localités difficiles d?accès,

  • le taux très élevé d?analphabétisme dans la zone.

Dans ce contexte, l?objectif général de notre programme annuel (2010) est de créer des espaces de dialogue et de concertation pour les jeunes. Les objectifs spécifiques quantitatifs du programme sont les suivants:

  • De rendre mobile la bibliothèque en effectuant des tournées dans les écoles,

  • D?organiser des ateliers d?écritures et de séances de formation pour les élèves,

  • D?aider les jeunes élèves à mieux s?organiser pour gérer les comités de lecture,

  • De doter les comités de lecture en livres et en équipements et fournitures.

Les objectifs spécifiques qualitatifs du programme sont (a) de créer des conditions optimum de confort pour un espace de rencontre et de concertation pour les élèves des écoles ciblées, et (b) de doter de prix, les meilleurs comités de lecture. Les principaux intervenants de ce programme sont les suivants :

  • Le Musée du Fouta étant l?organisateur qui a initié le programme et précisé les objectifs et le cadre méthodologique. Les livres sont collectés au sein de la bibliothèque du Musée avant d?être acheminés vers les comités de lecture des écoles partenaires. La bibliothèque du Musée joue ainsi le rôle de centraliseur et de pourvoyeur de livres qui sont collectés à son niveau.

  • Le PEN International qui, a travers ses programmes régionaux, a sponsorisé à hauteur de 30% le programme du Musée.

  • La Direction Préfectorale de l?Éducation qui est l?interlocuteur au niveau de l?Etat qui a accompagné le Musée dans la réalisation du programme.

  • Les comités de lectures, mis en place dans les écoles, sont les destinataires et principaux intermédiaires du programme. Les membres des comités, chacun en ce qui le concerne, sont responsables de la réception, du stockage, du prêt et de la récupération des livres.

  • Les populations de la commune urbaine et de la préfecture de Labé constituent la communauté bénéficiaire finale du programme de bibliothèque mobile.

Le programme dans sa phase actuelle (statut : fin 2010) a touchés 393 élèves dans la commune de Labé et les thèmes développés au cours ses animations sont le patrimoine, le Fouta théocratique, la femme et la vache et la femme et l?école. Notons qu?en plus des thèmes dispenses, certains groupes pédagogiques ont pu bénéficier d?une visite au Musée.

Les avantages tirés par les élèves des écoles partenaires sont très variés. A travers les formations reçues et les visites effectuées au Musée, les élèves connaissent, entre autres, le patrimoine familier, préfectoral, régional, national, la valeur du patrimoine et comment le sauvegarder, le Fouta théocratique, ses origines, et son organisation sociopolitique, le lien qui existe entre le peulh et la vache et le rôle de la femme dans le Fouta hier et aujourd?hui. Par ailleurs, les bénéficiaires du programme savent aujourd?hui ce que c?est que le Musée et comment l?enrichir.

Les principaux avantages tirés du programme par le Musée sont (a) la hausse de la fréquentation du Musée par des visiteurs locaux (enseignants, élèves et autres), et (b) le transfert au Musée de quelques objets de valeur, dans le but de contribuer a la sauvegarde du patrimoine.

Les principales difficultés rencontrées au cours de la mise en ?uvre du programme ont été (i) l?insuffisance d?encadrement des enfants pendant la visite au Musée, et (ii) la faible motivation des enseignants dans la conduite des enfants au Musée les jours non ouvrables.

Compte tenu de ces difficultés, le Musée veut impliquer de nouvelles écoles dans le programme et responsabiliser davantage les enseignants et les directions des écoles dans l?encadrement des enfants lors des visites au Musée. 

Contact 

B.P. 107 Labé

République de Guinée

Tél. (00224) 30 51 22 36

Recherche

Suivez-nous

MEDIA - L'Afrique a un incroyable talent Finale | Les Frères Sylla (vainqueurs de la première édition) GUINEE



  • Invité de l’émission les ‘’Grandes Gueules’’ de la radio privée ‘’Espace FM’’ de ce mardi, 17 janvier 2017, le vice-président exclu du parti principal de l’opposition (UFDG), Bah Oury a déclaré qu’en cas de défaite du procès avec le camp Cellou Dalei

Annonce

Pas d'article dans la liste.