REFORME DU SECTEUR DE SECURITE : lancement du projet PARSS- RSE

Ce mercredi 20 avril 2016 à Conakry, le ministère de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, de l’emploi et du travail, en collaboration avec le ministère de la jeunesse sous la coordination de l’Aguipe (Agence guinéenne pour la promotion de l’emploi), a procédé au lancement officiel du projet d’appui à la réforme du secteur de la sécurité, volet réintégration socio-économique (PARSS- RSE), financé par l’union européenne.

La cérémonie s’est déroulée, entre autre, en présence du ministre de l’emploi Albert Damanatang Camara, du ministre de la jeunesse Moustapha Naité, du directeur général de l’Aguipe, Sékouba Mara, du représentant du ministre de l’économie Alpha Mohamed Kallo, de la représentante du chef de la délégation de l’Union européenne Mathieu, et du représentant de la commune de Matoto N’Fally Camara.

Dans son discours de circonstance, le directeur général de l’Aguipe, Sékouba Mara, qui est le coordonnateur du projet PARSS- RSE, a déclaré que la réintégration socioéconomique/RSE, est un volet du programme d’appui à la réforme du secteur de sécurité PARSS et constitue une contribution à la mise en place du programme national pilote de réintégration socio-économique/PNRSE, visant la mise en œuvre d’un mécanisme durable de réintégration des populations vulnérables et des jeunes à risque sur la période 2014-2018.

« Le projet RSE sera mis en œuvre à travers une approche novatrice de réintégration socioéconomique, communément appelé approche 3 fois 6, qui vise à créer des emplois temporaires et des opportunités économiques durables pour les populations vulnérables à risque d’exclusion sociale. La stratégie de mise en œuvre de ladite approche se compose de trois phases dont la première est l’inclusion, qui traite les questions d’engagement des participants et de génération de revenus. Elle dure 6 mois. La seconde, appelée phase d’appropriation, dure de 12 à 24 mois, elle traite les épargnes et du joint-venture. La dernière, appelée durabilité, s’intéresse aux questions d’investissements et d’accès aux marchés , et peut aller au-delà d’un an », a expliqué Sékouba Mara.

Le projet RSE vise, selon lui, l’accompagnement de 2000 participants. Ces participants sont répartis en nombre égal de 1000 participants par site, sur les deux retenus ; à savoir Conakry et Kissidougou et sur chaque site, un nombre égal de jeunes à risque et de populations vulnérables sera sélectionné.

Le ministre de la jeunesse Moustapha Naité estime pour sa part, que la problématique de la réinsertion des jeunes est un enjeu essentiel, et a réitéré à l’ensemble des parties prenantes à ce projet dont il est acteur, l’appui et la disponibilité de son département pour la réussite du projet.

Le ministère de l’enseignement technique, de l’emploi et du travail, principal bénéficiaire du projet, a déclaré que cet appui à la réintégration socioéconomique, dont bénéficieront 2000 jeunes à Risque, est un appui inestimable, que l’UE apporte ainsi à la Guinée. Le ministre Albert Damantang Camara s’est dit très honoré d’avoir été choisi en tant que département de tutelle du projet, et a, en substance, rassuré l’ensemble des acteurs par la mise en place des mécanismes et la coordination interministérielle nécessaire, au déroulement normal du projet.

La représentante du chef de la délégation Mme Mathieu, de l’Union européenne a déclaré que le lancement de ce projet, est le couronnement de plusieurs années de travail :«Je suis confiante en notre capacité à relever le défi, car l’Union européenne contribue ainsi à la stabilité du pays sur son chemin vers l’état de droit. La réintégration des populations à risque d’exclusion sociale constitue un élément de stabilité pour la Guinée. Je me réjouis de la qualité du partenariat avec le département de l’emploi et avec l’Aguipe qui coordonne ce projet. J’insiste sur la nécessaire coordination qui doit être renforcée avec la mise en place de mécanisme de coordination interministérielle»

N’Fally Camara de Matoto, le représentant de l’une des localités bénéficiaires du projet, pense que ce projet va créer des emplois temporaires pour 1000 jeunes à risques et 1000 jeunes vulnérables «Nous les bénéficiaires assurons de notre engagement dans la réalisation de ce projet » a-t-il souligné.

Il est noté que les zones d’intervention du projet de réintégration socio-économique (PARSS- RSE) sont Matoto et Ratoma dans la capitale Conakry et Kissidougou à l’intérieur du pays pour un budget de réalisation évalué à 4. 400. 000 Euros. 

Salématou DIALLO pour GCI

2016 GuineeConakry.Info

Recherche

Suivez-nous

GUINEE: Petit KANDIA "Birin Moulan"



  • Au lendemain de la grève déclenchée ce lundi, 21 février 2017 par les enseignants et élèves dans toutes les communes de la capitale guinéenne, le chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo, invité de l’émission ‘’L’Œil de Lynx’’ de la radio p