GREVE DES GREFFIERS : le constat de GCI à Conakry

A la suite de la grève générale illimitée déclenchée par l’AGG (Association des greffiers de Guinée), il y a dix jours, pour réclamer la signature du statut particulier des greffiers, un service minimum avait été mise en place. Votre quotidien en ligne GCI a fait le tour de quelques tribunaux à Conakry pour constater l’effectivité de ce service minimum.

Il est 10h, ce mardi 17 mai, au Tribunal de première instance de Dixinn, il y a ‘’bizarrement’’ moins de monde que d’habitude.   Nous avons rencontré des clients assis dans la cour, en attente de procès. Mais dans la cour, il est affiché une note circulaire annonçant le report de tous les procès programmés pour ce jour. A l’intérieur du tribunal, le bureau  des greffiers est fermé. A côté, le secrétariat est ouvert, on nous informe que les greffiers sont en grève.

Il est 13h, nous sommes au TPI de Kaloum. A l’entrée nous rencontrons une jeune demoiselle qui justement vient de Ratoma. « Je me suis rendu  au TPI de Dixinn pour me procurer d’un jugement supplétif, que je n’ai pas pu obtenir, et c’est pour cette raison que  j’ai jugé nécessaire de me rediriger vers Kaloum», nous a-t-elle confié. Nous nous rendons ensemble au bureau des secrétaires et là, on nous fait savoir qu’il n’est pas possible de se procurer ce document, pour la simple raison que les greffiers sont en grève. Et là,  on nous suggère de revenir le jeudi. Une issue dans les prochains jours ?

Bref, les tribunaux sont fortement paralysés à Conakry et vivement une sortie de crise, pour permettre au citoyen de bénéficier de leurs droits et le redémarrage des procédures judiciaires.

Mamadou Aliou DIALLO pour GCI

© GuineeConakry.Info

Recherche

Suivez-nous

GUINEE: Petit KANDIA "Birin Moulan"



  • La Direction d’Orange Guinée et l’ensemble de son personnel remercie chacun du soutien et de l’attention témoignée à la suite du décès brutal de son Directeur General, M. Eric Bouquillon, décès survenu le 11 Février 2017 à Conakry.