FILLES DE CHIBOK : Un petit miracle à Sambisa!

Un petit miracle vient de se produire au Nigéria, dans la fameuse forêt de Sambisa. Là où l’armée nigériane traque les islamistes de Boko Haram, surtout depuis l’avènement du président Muhammadu Buhari. Une des jeunes filles victimes du rapt des 276 lycéennes, le14 avril 2014 dans l’état de Borno, a été retrouvée comme par enchantement en pleine brousse. Cette découverte fait naître de nouveaux espoirs quant aux chances de retrouver les 218 autres qui manquent encore à l’appel, après celles qui avaient pu s’échapper.

Regard fuyant, un bébé dans les bras, cette fille-mère nommée Amina Ali, inspire pitié et inquiétude à la fois. Enlevée comme toutes les autres en avril 2014 dans leur école, située au nord-est du Nigeria, elle réapparait dans des conditions qui semblent cacher une importante part de vérité. Elle parait encore toute bouleversée par son aventure, et semble s’abandonner à son sort, en un fatalisme quasi puéril.

Ramenée à son village de Mbalala, 765 jours après, à 19 ans, elle serait mère du fait d’un de ses ravisseurs à la braguette facile, et qui n’en a cure de l’avenir de ce petit innocent qu’elle porte désormais. Naturellement, les militants du mouvement ‘’BringBackOurGirls’’, sont heureux qu’Amina soit bien vivante, mais ils aimeraient bien, comme les militaires nigérians, l’entendre pour mieux comprendre tout ce qui lui est arrivé, et entrevoir les pistes possibles pour le retour, dans leurs familles, de toutes les autres disparues depuis plus de deux ans.

Pour le moment, on apprend qu’Amina a été ‘’réunifiée’’ avec ses parents et que ces derniers l’ont bien reconnue. Rencontre émouvante avec des familles et leurs voisins partagés entre l’envie de poser mille et une questions, et le respect de la dignité de celle qui est partie et restée si longtemps, contre son gré. Ici, chacun veut éviter de choquer, de troubler, de triturer son couteau dans les plaies d’un passé douloureux.

Cependant selon les premières révélations qu’Amina a faites, « la plupart des filles enlevées sont vivantes mais, six autres seraient mortes, victimes des terribles conditions de détention». Le buzz médiatique provoqué par l’annonce de la découverte d’Amina Ali est une preuve que l’intérêt médiatique pour ces jeunes filles volées et violées, n’a jamais vraiment baissé. Pourvu l’effet d’annonce du retour de cette jeune fille, ne détourne point les autorités nigérianes de leur combat contre Boko Haram sous le masque de l’Etat Islamique en Afrique de l’ouest !   

Maria de BABIA pour GCI

© GuineeConakry.Info

Recherche

Suivez-nous

GUINEE: Petit KANDIA "Birin Moulan"



  • La Direction d’Orange Guinée et l’ensemble de son personnel remercie chacun du soutien et de l’attention témoignée à la suite du décès brutal de son Directeur General, M. Eric Bouquillon, décès survenu le 11 Février 2017 à Conakry.