ERREUR DU SUJET DE MATHS : le héros vu comme un ''traître''

Les autorités de l’éducation semblent minimiser la polémique suscitée par la découverte d’une erreur décelée par un enseignant, dans le sujet de mathématique, lors du baccalauréat 2016 option sciences expérimentales. Selon certains responsables de l’éducation interrogés par les médias, « l’erreur en question ne serait pas de nature à remettre en cause l’intégrité du sujet ». Ils estiment même que le jeune enseignant aurait dû ignorer cette coquille contenue dans le sujet !

Selon les explications d’un enseignant membre du service de correction des épreuves du Bac 2016, leur corporation d’enseignants auraient une dent contre l’enseignant en question qui, à comprendre ses propos, est vu comme un ‘’traître’’ qui veut salir leur réputation.

Qu’en est-il en réalité ?

Le fait qu’une erreur se glisse dans un sujet officiel d’un examen national comme le baccalauréat, est une faute, qu’elle soit reconnue ou pas. Peu importe la petitesse de l’impact de l’erreur décelée dans le sujet, comme ils l’estiment, (en ce qui nous concerne, elle est loin d’être minime) ! Chercher à minimiser une faute commise par des personnes qui sont censées d’éviter cet état de fait est encore plus grave.

Le scandale

D’après les explications de Lansana Keïta, l'enseignant qui a découvert l'erreur, recoupées avec l’appréciation des enseignants membres du service de correction et les responsables au plus haut niveau de l’éducation guinéenne, il y a bel et bien eu, une volonté d’étouffer cette affaire. Et pire un des enseignants correcteurs interrogé par des confrères de nos partenaires d’Espace FM, a laissé entendre qu’eux-mêmes auraient décelé l’erreur mais, ont laissé passer (ce qui reste par ailleurs à prouver !), et ajoute même que ces cas sont récurrents, en faisant allusion à d’autres examens où des erreurs se seraient glissées et où les services des examens ont laissé passer, les jugeant mineures. Des aveux qui font froid dans le dos ! Cela en dit long sur le laxisme qui gangrène le système éducatif guinéen.

A qui la faute ?

Lansana Keïta connu sous le surnom de ‘’NASA’’, très connu dans le milieu des mathématiques par la plupart des lycéens du niveau ‘’Terminale’’, n’est pas un traitre comme on veut le faire croire à l’opinion. C’est plutôt un héros, le genre de Monsieur dont la Guinée a absolument besoin par ces temps, pour sortir de l’ornière. Les traitres se sont ceux qui font la promotion du laxisme et de la médiocrité. Et même si, à l’allure où vont les choses, les autorités ne sont pas dans l’optique d’ouvrir une enquête administrative; comme dans un Etat sérieux, pour déterminer comment cette lacune a pu se maintenir dans un sujet officiel, comme ça été le cas pour les 240.000.000 de francs de manque à gagner dans ce ministère. Nous estimons que l’erreur est humaine, mais l’attitude des responsables de l’éducation est inacceptable.

Le service national des examens a des explications à donner aux parents d’élèves, aux candidats et à l’ensemble du peuple de Guinée, car cela y va de la dignité, de la crédibilité et de la respectabilité de notre pays.

Salématou DIALLO pour GCI

© 2016 GuineeConakry.Info

Recherche

Suivez-nous

DECOUVERTE : Les Iles de Loos



  • Lors d’une conférence de presse tenue au siège du Comité de Miss Guinée (COMIGUI) dans la commune de Kaloum ce jeudi, 16 février 2017, la présidente dudit comité, Johanna Barry a présenté ses excuses au premier ministre, Mamady Youla, présent à cet

Annonce