EGYPTE : A la veille d’une autre révolution ?

Le pays bouillonne en vrai comme en virtuel. L’économie chancelle, la précarité s’amplifie et le peuple gronde sur les réseaux sociaux et ce 11 novembre pourrait bien cliver le pays un peu plus encore. La monnaie nationale, la livre dévaluée, les jeunes s’enflamment sur les réseaux sociaux, conjuguant au présent de l’indicatif leur colère contre le pouvoir. Une nouvelle révolution serait-elle en marche ?...

L’Egypte, ce vendredi pourrait encore connaitre des tensions annoncées. Une révolution couvée sur le Net  et les bidonvilles, dont le clairon du ralliement pourrait bien sonner en ce jour ;  jour de prières, mais que les victimes de la crise socio-politico-économique, voudrait animer pour assumer, dans la rue, leurs désirs de liberté et de bien-être.

Mais, pour cela, il leur faudra affronter les forces de l’ordre, toujours sur les dents pour faire respecter l’interdiction de manifester et surtout d’envahir la place Tahrir, dont le souvenir révolutionnaire fait encore trembler les autorités égyptiennes. Celles-ci, prises au collet par une économie lacérée par une mondialisation vorace et une gestion de pilotage à vue, tentent quasi vainement de contourner les  contraintes sociales de plus en plus envahissantes.

Dans cette ambiance de rumeurs, de ragots et de délations disséminés par les réseaux sociaux, il apparait que le raïs égyptien devra faire preuve de self control, pour éviter les massacres de populations dont la seule ambition est de mieux vivre et de dire ce qu’elles pensent de la marche du pays. Pas besoin d’être islamiste pour cela ! Surtout, ne pas transformer en terroristes, les militants de la liberté, loin de toutes les influences religieuses.

Il n’est pas sûr que les Etats-Unis, eux-mêmes traumatisés par l’avènement inattendu de Donald Trump, trouvent le temps de se pencher sur le cas égyptien. Barack Obama n’en a plus les moyens, et ce n’est certainement pas une priorité pour Trump, qui ne sera d’ailleurs pas aux commandes avant le 20 janvier prochain.

Les Egyptiens devront se prendre en charge…

 

Maria de BABIA pour GCI  

© 2016 GuineeConakry.Info  

Recherche

Suivez-nous

GUINEE: Petit KANDIA "Birin Moulan"



  • Dans un communiqué lu dans le journal télévisé de RTG de ce mardi, 21 février 2017 que M. Albert Damantang Camara, le ministre de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle et du Travail, porte-parole du gouvernement Alpha Condé, a