ECONOMIE-FINANCE : les Assemblées annuelles et la fin de la dernière revue...

Au cours des différentes activités auxquels il a participé, le ministre du budget en a profité pour faire la promotion du renouveau de la politique budgétaire guinéenne. Ce renouveau se manifesterait selon le ministre par la politique d’open budget autrement dit sur l’introduction de la transparence dans le budget.

Il s’agit ici de faire en sorte que les procédures et les exécutions du budget soient retracées et portés à la connaissance du guinéen lambda. Pour le ministre, cet exercice a l’avantage de non seulement s’assurer que les demandes sociales sont mieux adressées (santé, éducation, emploi jeune, justice et autres infrastructures), conformément à la volonté exprimée par le PRG, mais aussi de consolider la discipline dans l’exécution budgétaire suivant le budget adopté par le parlement. Un autre avantage de cette pratique est de renforcer la lutte contre la corruption qui pèse notamment sur le budget national par le renforcement de la traçabilité et le contrôle par les populations. 

Du coté des recettes, le ministre n’a pas manqué d’insister sur la poursuite des réformes en vue de renforcer l’efficacité des administrations fiscales locales de service et construire une véritable administration fiscale de contrôle. Pour Mohamed Lamine Doumbouya, l’organisation du Forum international portant sur le mobilisation et l’utilisation efficace des ressources internes les 10, 11 et 12 novembre prochain constituera un point de départ pour réviser la politique fiscale guinéenne. La nouvelle politique fiscale attendue aura pour objectif de promouvoir une croissance économique inclusive et favorable à la mobilisation de ressources.

Autrement dit, l’objectif est d’aller vers une politique fiscale qui privilégie l’élargissement de la base fiscale plutôt que d’aller vers des taux d’impositions élevés. Ceci a l’avantage de moins peser sur les revenus des entreprises et d’aider les populations à mieux supporter le poids de l’impôt. Pour le ministre, au moment où la Guinée est en phase de se doter d’un nouveau plan économique et social et s’oriente vers l’adoption des budgets programme pluriannuels, le gouvernement se doit de réfléchir et de trouver des ressources domestiques appropriés pour adresser rationnellement les demandes sociales croissantes et autres besoins d’infrastructures à financer.

Cette réforme vise à consolider les résultats obtenus depuis plus de 8 mois avec l’amélioration des performances des différentes régies et la sécurisation des recettes fiscales (implémentation des guichets pour le paiement des impôts en cours), la lutte contre la fraude fiscale, le détournement des deniers publics et le renforcement du contrôle fiscal.

De façon unanime, les différents partenaires ont bien reçu et bien appréciés cet engagement du ministre du budget à consolider les réformes macro-économiques et financières en cours, particulièrement en cette période ou le programme FEC prend fin.

Du coté des partenaires, les équipes pays tant de la Banque Mondiale que du FMI ont tous manifesté leur intérêt pour les réformes envisagées et leur volonté à apporter au Ministère du Budget l’appui technique requis pour atteindre ces objectifs. Une équipe de la BM est d’ailleurs attendu pour prendre part à ce forum et sera dirigé par Albert Zeufack, économiste en chef de la Banque Mondiale pour l'Afrique. Du coté FMI, une équipe technique se rendra en Guinée au mois de novembre pour se pencher sur ces dites reformes en synergie avec les autres partenaires sur le terrain, dont l’Union Européenne.

De même, les partenaires bilatéraux rencontrés, ministres rwandais, éthiopien, togolais et sénégalais en charge du budget se disent tous prêts à partager leurs expériences avec la Guinée pour permettre à notre pays de réussir sa transition fiscale.

Au moment où les aides au développement se font rares, et/ou obéissent à des conditions de décaissement complexes, on ne peut que saluer ce renouveau de la politique budgétaire nationale dont le mérite n’est autre que de trouver au niveau interne les ressources pérennes nécessaires indispensables au développement de notre pays, ce qui rentre en droite ligne avec la vision du Professeur Alpha Condé.

Recherche

Suivez-nous

GUINEE: Petit KANDIA "Birin Moulan"



  • Dans un communiqué lu dans le journal télévisé de RTG de ce mardi, 21 février 2017 que M. Albert Damantang Camara, le ministre de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle et du Travail, porte-parole du gouvernement Alpha Condé, a