CONGO/AMENAGEMENT RURAL: Ondebé, un modèle de développement local

Assurer le bien-être aux paysans du village d’Ondebé, au même titre que les citadins, une philanthropie qui a été mise en musique pour imaginer un modèle de développement local, afin de permettre à ces paysans de tout âge de se sédentariser et de penser, de facto, au devenir de la contrée, et partant propulser cette dynamique à travers le pays.

Le concepteur d’une telle idée, est Jean Dominique Okemba, qui a passé toute son enfance dans ce village, qui, il y a quelques décennies ressemblait à une bourgade, enclavée et dépourvue des structures de première nécessité.  Partagé entre tradition vu  modernité, il a pensé aménager et améliorer le cadre de vie pour ses concitoyens et construire un avenir durable.

 Cette durabilité dépendait de sa capacité à imaginer et concevoir au moment de passer à l’acte, visant à transformer l’environnement d’Ondebé, de nouvelles solutions pour remplacer celles de son époque, faites de précarité et de manque, en une cité rurale,  épousant la préservation de l’environnement.

 Les démarches innovantes et en rupture avec le village qui a vu et guidé les premiers pas de Jean Dominique Okemba, ont été entreprises. Le résultat, à ce jour est la transformation de cette petite bourgade, située à moins de 10 kilomètres du district d’Oyo, dans le département de la Cuvette, au Nord de la République du Congo, en une cité urbaine.

 Les motivations d’un tel investissement

 Face à l’épopée de sa vie, dans sa marche de l’enfance jusqu’à la maturité, Jean Dominique Okemba imagine un modèle de vie permettant à la jeunesse de s’épanouir dans un environnement adapté. Les motivations d’un tel investissement sont à retrouver dans le chemin parcouru par un enfant de ces terres et qui aurait pu ne pas aller à l’école au regard de son éloignement et les risques que ses parents devaient assumer en ce temps-là.  Plus de 7 KM qui séparaient Ondebé d’Edou, unique école qui existait à cette époque précise.

Les enfants scolarisés de certains villages du Congo ont payé et paient encore très durement de leur personne, sur le chemin qui mène à la réussite et au bien-être social. Les statistiques, dans le monde, témoignent qu’à cause de la distance, plus de 53 millions d’enfants abandonnent l’école, hypothéquant, par conséquent toute chance d’une vie meilleure, à des esprits éveillés qui auraient pu contribuer  à élever un jour le niveau et la qualité du cadre de vie de leurs parents et de leurs cadets.

C’est en digne fils d’Ondebé, ayant à l’esprit les péripéties de sa vie, que Jean Dominique Okemba se verse dans une attitude altruiste, généreuse, vertueuse et chargée d’humanité, en posant un acte pour lequel la Nation devrait lui être  reconnaissante.  En effet, l’acte posé se fonde sur son parcours particulièrement difficile pour son éducation, sa formation. Lui qui a parcouru des kilomètres à pied, a choisi d’éviter à ces jeunes compatriotes le risque de se trouver désorienter par rapport à leur avenir. Il a bâti dans ce site au milieu de la forêt une école moderne avec de différentes structures qui n’a rien à envier des grandes villes congolaises.

En faisant ainsi il a compris et aux autres de comprendre que pour parler réellement de développement, il est indispensable de multiplier ces genres d’initiatives  à l’effet d’enrayer la déscolarisation dans le pays, de façon à atteindre un taux de scolarité de 100%.

Les actes philanthropiques, diraient les uns, humanistes, diraient les autres, sont sensés être distinctifs à la réussite des jeunes. L’acte posé et qui devrait inspirer plus d’un congolais, intègre l’ordre d’appartenance à la race des bâtisseurs. Un acteur, peut-on dire, un pourvoyeur et un père qui se soucie de la réussite de ses enfants, grâce à qui tout ce qui se voit et qui se vit fait partie, désormais, d’un souvenir identitaire et d’un amour largement partagé.

 Changer l’architecture d’Ondebé

 Imaginer et concevoir des solutions pour une cité rurale durable, c’est possible et c’est maintenant. Le développement d’un pays est la conjugaison des efforts par ses fils et surtout ses dignes fils. Partant de cette considération, chaque congolais, nanti des moyens financiers conséquents, au nom du patriotisme, en faisant éclore l’ambition de transformer les milieux ruraux en cités rurales, devrait participer à l’effort de développement national.

Comment répondre intelligemment à l’enjeu du développement ? Les villages du Congo ont besoin de franchir une nouvelle étape dans leur organisation et évolution pour être véritablement durables, et ce, sur l’ensemble du Congo. Le village d’Ondebé devrait-il servir de pilote ?

 A la vérité, un fils d’Ondebé, mu par des idées d’émancipation et de progrès, est passé à l’acte, afin d’offrir aux habitants de ce village les infrastructures qui manquent souvent en milieux ruraux et occasionnent l’exode rural. Des efforts ont été déployés en faveur de l’innovation environnementale et en matière d’aménagement.

 Le village d’Ondebé dispose actuellement d’une école arrimées aux technologies de l’information et de la communication, pour son ouverture au monde, d’un dispensaire pour la gestion au quotidien des soucis sanitaires, d’un système d’approvisionnement en eau potable, une fourniture d’électricité, grâce aux panneaux solaires et bien d’autres commodités qui y ont fait sonné le vent de la modernité et du développement. La transformation de ce village, s’il peut servir d’inspiration aux uns et aux autres, est une valeur ajoutée à la marche du pays vers son émergence et son développement. 

 Ondebé, une volonté d’accompagner les pouvoirs 

 En dotant le village d’Ondebé d’une structure scolaire aux normes de l’école du 21ème siècle, l’artisan d’une telle initiative accorde une attention particulière aux orientations du Chef de l’Etat congolais, Denis Sassou-N’Guesso et à l’exécution de son programme de gouvernement qui fait de l’éducation de la population un enjeu principal et prioritaire pour accélérer le développement et le modernisme du pays. Ne dit-on pas et la banque mondiale le reconnait bien qu’investir dans l’éducation des jeunes, c’est apporter sa pierre au développement.

 C’est en application de la politique du gouvernement congolais que s’organise, dans cette localité du district d’Oyo, le redressement  du système éducatif. Cela s’illustre à travers l’engagement de mettre tous les enfants dans de bonnes conditions d’apprentissage et d’éducation, d’augmenter les capacités physiques d’accueil des jeunes congolais à l’école primaire, au collège, au Lycée, dans les centres de formation et à l’Université. 

 Si l’ambition du président Denis Sassou-N’Guesso est de « Moderniser le Congo, c’est augmenter  et mieux équiper les structures éducatives », à travers le village d’Ondebé se formalise un souci profond, teinté d’un souhait de réussite des enfants, par l’effort bien orienté et bien structuré, à partir de l’encadrement pédagogique.

 A l’évidence, les bâtiments destinés aux écoles et logements des enseignants, aux dispensaires et logement des infirmiers construits par ce fils d’Ondebé font partie, actuellement, du patrimoine national du système éducatif et santé de la République du Congo. 

En somme, en promouvant une école moderne, de qualité et proche des enfants, son promoteur n’a fait qu’apporter sa contribution à l’émergence d’un Congo fraternel, harmonieux et prospère. S’il est admis que « la volonté de donner est une disposition de cœur et non nécessairement de l’abondance des biens », la modestie intellectuelle exigerait de prendre à son compte la richesse de cet adage arabe qui stipule : « la reconnaissance revêt trois formes : un sentiment au fond du cœur ; une expression de remerciement ; un don en retour ».

MIATOLOKA Agapyth Boryce pour GCI

Correspondant particulier de GCI au Congo Brazza 

© 2016 GuineeConakry.Info


Recherche

Suivez-nous

GUINEE: Petit KANDIA "Birin Moulan"



  • Le célèbre chroniqueur est au cœur d’un bras de fer avec Mamadou Blaise Sangaré, conseiller spécial du Chef de l'Etat. Votre site avait relayé cette affaire portant sur des propos diffamatoires attribués à Ras Bath. Ce début de semaine mettra aux pr

Annonce