AMENDEMENT DU CODE ELECTORAL : L’UFR et l'UPG dénoncent

« Nous vous recevons aujourd’hui pour livrer à nos concitoyens la vision, la démarche et la position du groupe parlementaire Alliance Républicaines, concernant le projet d’amendement des dispositions de la loi organique L/2011/ 001/CNT du 24 mai 2010, portant code électoral suite aux recommandations du dialogue 2016, formule au point 2 des accords qui en résulte et, que nous qualifions d’accords exclusifs entre la délégation de la mouvance présidentielle et une fraction de l’opposition républicaine dirigée par l’UFDG » , a affirmé le député du groupe parlementaire de l’Alliance Républicaine , honorable Deen Touré , lors d’une conférence de presse tenue ce mercredi, 11 janvier 2017 à la Maison commune de la Presse.

Cette rencontre avec la presse, a été l’occasion pour les députés des partis de l’UFR de Sidya Touré  et de l’UPG de feu Marie Jean Marie représenté par son nouveau président, Me Alfred Mathos, d’expliquer les raisons pour lesquelles, le code électoral de l’accord 12 octobre dernier n’a pas été accepté lors de la dernière session ordinaire de l’Assemblée nationale.

Le député du groupe parlementaire de l’Alliance Républicaine, Deen Touré a également déclaré que ce point 2 de l’accord relatif à la désignation des membres des conseils de districts et de quartiers, au prorata des résultats obtenus par la liste des candidats à l’élection  communale par les dirigeants des partis politiques ou entité gagnante dans ces quartiers ou districts. « …Est aux yeux des citoyens un recul politique et administratif grave pour notre pays et, …pour notre démocratie en construction ‘’, a-t-il ajouté.    

Il rappelle aussi au gouvernement qu’il a admis avec les acteurs  du dialogue  du 12 octobre dernier que la mise en place des 28 délégations spéciales dans le pays, constituait en soi une anomalie administrative pour le département de l’administration de territoire. Comment selon cette alliance, peut-on engager aujourd’hui dans les mêmes conditions et de la même manière , le même gouvernement à constituer 3743 anomalies administratives  sur tout le territoire national ? Et l’honorable Deen Touré d’enfoncer : « Nous savons tous qu’une légalité sans légitimité  ne peut produire que des dégâts »

Son groupe parlementaire suggère que l’Etat renforce les capacités institutionnelles et financières  de la CENI, afin qu’elle puisse accomplir correctement sa mission, au lieu de laisser les acteurs politiques violer la loi, parce qu’il est devenu évident  que certains politiques cherchent à nommer et à contrôler, les chefs de quartiers et des districts pour des fins électorales.

 

Momo SOUMAH pour GCI 

© 2005-2017 GuineeConakry.Info

Recherche

Suivez-nous

MEDIA - L'Afrique a un incroyable talent Finale | Les Frères Sylla (vainqueurs de la première édition) GUINEE



Annonce

Pas d'article dans la liste.